Trois décès et 46 cas confirmés en 24 h en Algérie

Trois décès et 46 cas confirmés en 24 h en Algérie

Coronavirus. En l’espace de 24 h, le coronavirus a causé la mort de 3 nouvelles personnes portant le bilan à 29 décès au total, a annoncé hier samedi Djamel Fourar, le porte-parole de la commission scientifique du suivi de l’évolution de l’épidémie du Coronavirus. La même source fait également état de 46 nouvelles contaminations à travers le territoire national. Le nombre total de cas confirmés depuis le début de l’épidémie en Algérie s’élève donc, à 454.

Selon la même source, les trois nouveaux décès concernent trois hommes, dont Le premier, âgé de 65 ans, est originaire de la wilaya d’Alger et revenu récemment du pèlerinage (Omra). Le deuxième, âgé de 45 ans, est originaire de Mostaganem 45 ans et rentré récemment d’Espagne. Quant au troisième cas, il s’agit d’un vieux âgé de 84 ans habitant la wilaya de Médéa. Ce dernier n’est autre que l’oncle de la première victime décédée dans cette région.

Par ailleurs, le président du Conseil de l’ordre des médecins, Dr Bekkat Berkani, a estimé que l’Algérie se dirige vers un confinement national et total pour stopper l’évolution de l’épidémie du coronavirus (Covid-19) dans le pays.

« Très certainement, nous nous dirigeons vers un confinement national et total. J’ajouterai que le plus tôt sera le mieux ! », a estimé Dr Berkani dans un entretien accordé à un confrère de la presse électronique.

Répondant à une question sur le traitement à la Chloroquine, le docteur a souligné qu’ « on ne peut pas le donner en ambulatoire, il faut que les citoyens le sachent. Il a été donné à des cas avec une symptomatologie importante »

« Aujourd’hui, nous n’avons pas encore assez de recul pour le savoir. Mais apparemment, les résultats symptomatiques sont encourageants », a-t-il ajouté.

Questionné sur la situation épidémiologique à Blida qui est la ville la plus touchée par le Covid-19, Dr Berkani a fait savoir que le résultat du confinement ne se verra que dans une quinzaine de jours, voire même plus. »

« Voyez la situation dans laquelle se trouve l’Italie. Elle n’a pas su dès le début prendre des dispositions totales et générales, elle est en train de subir les contrecoups d’une situation qui était méconnue au début. Pour nous qui sommes bien avertis et que la porte d’entrée était identifiée, Blida, je pense que la réponse des autorités était nécessaire, elle est circonstanciée », a-t-il expliqué.

F.D.